17 In ma vie de maman

Je déteste être une fille…

J’ai toujours eu la larme facile. Chez moi, c’est quasiment un mode d’expression. Je pleure quand je suis triste, quand j’ai mal, quand j’ai peur, quand je suis émue, quand je suis fatiguée, quand je suis heureuse…

PoupetteWorld_EtreUneFilleLes larmes sont mes souvenirs les plus forts. D’aussi loin que je me rappelle, il y a des larmes plein ma vie…

Je suis cette fille qui pleure en regardant un film ou une série. Je pleure devant Koh-Lanta. Même les dessins animés me transforment en fontaine. J’ai pleuré en regardant Toy Story. Trois fois… J’ai beau me dire que les peluches ne meurent pas, c’est juste incontrôlable…

Je peux aussi verser des litres de larmes en lisant un livre. Dernièrement j’ai failli transformer mon oreiller en éponge !! Bon, il faut dire que Nos Étoiles Contraires n’est pas un livre très réjouissant…

Je n’ai pas honte de mes larmes, elles font partie de moi. Elles sont associées à des souvenirs très puissants : une peur bleue à la Criée de Concarneau quand j’avais 10 ans, un doigt coincé dans une porte et un médecin urgentiste qui voulait absolument percer mon ongle quand j’avais 11 ans ; puis, à 16 ans, ce sont les résultats du bac français si bons que j’en ai pleuré de soulagement et que ma mère a cru un instant en voyant mes larmes que j’avais raté. Je n’oublierais jamais ce train au fin fond du Burkina-Faso où je crus mourir, ce village où mes nerfs ont lâchés dans une crise de larmes la plus impressionnante de ma vie. Plus tard, je me souviens de la colère d’avoir raté une épreuve du monitorat de plongée puis la joie d’être reçue au final. Gravées dans ma mémoire aussi, il y a les larmes d’amour pour mon chéri, quand il me jouait des morceaux de pianos pour moi et celles du jour de notre mariage. La liste est longue encore. Mais elle est belle. Le temps apaise, les souvenirs et l’amour restent.

La naissance de Poupette a été un moment particulièrement fort en émotions. Entre la douleur de l’accouchement et le bonheur intense de ce tout petit être posé sur moi, j’ai pleuré mes plus belles larmes.

Mais à côté de ça, il y a ces moments plus gênants où je ne peux pas les retenir. Et pourtant il faudrait. Souvent c’est au bureau, cet endroit où on ne doit pas montrer sa faiblesse, cet endroit où tes collègues masculins te jugent sur ta capacité à être forte. Ça m’est encore arrivé récemment. Frustration, colère. Et elles sont là, je les sens monter, se bloquer dans ma gorge, remplir mes yeux… et couler… Je déteste ça. Je voudrais tellement ne pas pleurer dans ces moments…

Peur, colère, joie, soulagement, bonheur, rire, les larmes sont ma palette d’émotions ! Il paraît d’ailleurs qu’elles n’ont pas le même goût en fonction de la raison pour laquelle on pleure. Il faudra que je goûte !! Bref, j’ai la larme facile et parfois je m’en veux de ne pas pouvoir me retenir, d’être incapable de me contrôler. Et dans ces moments-là, je déteste être une fille. Vraiment.

You Might Also Like

17 Comments

  • Reply
    Mathilde
    11 septembre 2015 at 7 h 54 min

    j’adore ton billet, je ne sais pas comment l’expliquer, j’aurais pu écrire le même (sauf les anecdotes bien entendu) c’est parfois tellement gênant, je pleure partout et pour tout, même quand je me dis « tiens je suis heureuse, je suis bien là » pouf allez c’est reparti et j’en aurais à dire sur les fois où j’ai pleuré et ou j’aurais préféré me cacher dans un trou de souris… ma première fille ne pleure quasiment plus, elle est forte, elle tient ça de son papa. Ma deuxième je lui dit « on dirait que tu vas pleurer » et elle se met aussitôt à pleurer. Moi j’ai grandit comme ça, je fais avec mais parfois j’aimerais donner plus de force à Emélia mais rien n’y fera je le sais d’avance…

  • Reply
    sarouhhh
    11 septembre 2015 at 8 h 43 min

    Moi aussi j’ai la larme facile.
    Mes parents me l’ont souvent reproché.
    Pourtant, à l’église, je n’ai pas pleuré en voyant mon chéri moi qui a la commune ai versé toutes les larmes de mon corps. A croire que dans les moments les plus forts, les larmes me quittent pour me laisser profiter.
    Je me demande vraiment comment je vais réagir à la naissance de bébé dans maximum 3 petites semaines maintenant.
    Le plus dur, c’est devant mes élèves, quand la colère me monte (c’est arrivé une fois), cacher mes larmes c’est très compliqué et la crédibilité en prend un coup.
    Mais même dans ces moments là, j’aime bien être une fille. Mes émotions font partie de moi et si je pleure tant pis ou tant mieux 🙂
    Ps: Moi aussi je pleure devant Koh Lanta et à chaque fois que je regarde Toy Story! Mes frères,soeurs et parents faisaient même des paris au début des films pour savoir combien de fois j’allai pleurer. Mon record? 12 devant Sam, je suis Sam! Un chef d’oeuvre 🙂

  • Reply
    PAVARD
    11 septembre 2015 at 10 h 49 min

    pareil… et quelle frustration…mais finalement je laisse faire. J’apprendrai à contrôler plus tard, ou pas… tu as aussi la solution fuir… aller se planquer dans les toilettes le temps que l’envie passe lol
    des bisous <3

  • Reply
    Isabelle de Guinzan
    12 septembre 2015 at 4 h 09 min

    Je ne peux pas dire que j’ai la larme facile mais je comprends ce que tu veux dire dans le sens où l’émotion (plutôt négative) a tendance à me faire pleurer dans des situations où j’aurais vraiment voulu que ça n’arrive pas. Bon en ce moment avec la grossesse je suis une vraie fontaine mais ça compte pas hein?? En tout cas tu m’apprends un truc sur le goût des larmes !

  • Reply
    mems
    12 septembre 2015 at 9 h 45 min

    j’ai aussi la larme a fleur de glande lacrymale… tout le temps et pour tout. (et devant toy story aussi, mais dans le 3 c’est gore ils sont dans l’incinérateur quand même!) mais est ce parce qu’on est des filles ou juste parcequ’on est sensibles? je penche pour la seconde raison… 🙂

  • Reply
    Little Mum Sunshine
    13 septembre 2015 at 12 h 17 min

    Ooooh, comme je te comprends.
    Je pleure pour un oui, pour un non.
    Quand on n’est pas sympa avec moi, comme une gamine de 4 ans et quand on est trop gentils car ça me touche profondément. Pour un faux baiser de cinéma qui semble si réel à travers l’écran, pour une bonne nouvelle, pour une très mauvaise qui nous tombe dessus, quand je suis en colère,… Et moi aussi j’ai pleuré au boulot, pas facile de se retenir…
    Mes proches ne comprennent pas toujours et souvent, ça les agace car ils ne comprennent pas puisqu’ils ne réagissent pas comme moi… Ma mère m’a même dit un jour « Tu pleures tellement souvent que maintenant, tes larmes ne me font plus rien. » Ça m’avait beaucoup blessée avant de me dire qu’elle avait dit ça sur le coup de la colère… Enfin j’espère 🙂
    Bref, tout ça pour te dire que ça fait partie de toi même si ce n’est pas toujours facile à assumer. On le sent comme une faiblesse mais c’est aussi une force, la nôtre, celle qui montre notre sensibilité. Courage et Girl Power !! 😀
    Bises.

  • Reply
    mamanmaud
    13 septembre 2015 at 13 h 41 min

    Que je te comprend! Ca m’arrive pas pour les même raisons enfin pas pour un film ou une chanson mais quand on me blesse et là aussi c’est pas facile quand on a 32 ans de pleurer pour ça et moi aussi ça peut m’arriver au taff donc je te comprend c’est compliqué :-(. Des bisous

  • Reply
    Sophie Bosch
    14 septembre 2015 at 21 h 17 min

    Pleurer c’est juste avoir des émotions…être humaine… On m’a souvent reproché mon émotivité. En rentrant mes larmes, j’ai fait sortir le dragon…Finalement, mieux vaut pleurer que d’être rage 🙂 Plein de bisous et pour ton épisode pro : c’est à eux d’avoir honte !!!

  • Répondre à Mathilde Cancel Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :