9 In ma vie de maman

Plus elle grandit, plus je l’aime

Avant de donner naissance à Poupette, j’écoutais les conversations de mes copines devenues mères avant moi. L’un des sujets qui me questionnait le plus était l’instinct maternel. Honnêtement, je pensais que je n’en avais aucun et que j’aurais du mal à m’attacher à mon bébé. Les témoignages de mes amies me portaient à croire que l’instinct maternel n’est pas forcément inné.

main_20mois

Un soir, bien avant que je tombe enceinte, j’étais tombée sur un reportage à la télé qui suivait quelques toutes jeunes mamans. L’une d’elles qui venait juste d’accoucher était installée sur son lit dans sa chambre de maternité et regardait la télé, sans prêter aucune attention à l’enfant couché à côté d’elle dans le petit berceau-aquarium translucide… Son enfant. Son bébé. Son nouveau-né. Et puis, avec le temps, c’est comme si elle « se rendait compte » que le petit être était le sien. Le spécialiste interrogé (pédiatre ou psychologue, je ne sais plus) parlait d’une rencontre entre la mère et l’enfant ; il expliquait que la relation commençait vraiment au moment où les deux faisaient connaissance et que ce lien n’était pas forcément inné. Vas-y, prends ça, instinct maternel !

Cette image de la femme rivée à l’écran de télé alors que son bébé de quelques heures à peine gigotait à quelques centimètres d’elle sans qu’elle s’en soucie, m’a profondément marquée. Et je me suis posée cette question : quand viendrait mon tour, quelle mère serais-je ?

Et pourtant, quand Poupette est née et qu’on l’a déposée sur mon ventre, j’ai ressenti comme une plénitude, une bulle d’amour pour ce petit être si fragile auquel je venais de donner vie… Ça a tout simplement été une évidence. La première nuit, ils ont voulu l’emmener à la Pouponnière pour que je me repose, mais j’ai fermement refusé. Et bien entendu, je n’ai pas fermé l’œil. Non. Je l’ai gardé rivé sur cette petite fille parfaite, enveloppée dans un pyjama trop grand, aux gestes totalement désordonnés. Cette petite fille qui commençait sa vie et qui était la mienne.

C’est vrai, ce jour-là a été celui de notre rencontre. Et ce jour-là, ce premier jour, je l’ai aimé. Mais je me rends compte que chaque jour qui passe, je l’aime un peu plus. Chaque jour qui passe, nous apprenons à mieux nous connaître. Chaque jour qui passe, je l’aime de plus en plus fort.

Alors qu’elle avait deux mois, peut-être trois, un jour, j’ai eu envie de lui chanter une chanson. En m’entendant chanter (j’avoue, ça ne m’arrive pas souvent), j’ai vu son visage s’illuminer et irradier de bonheur, à tel point que je me suis retrouvée en larmes, incapable de continuer à chanter. Ce jour-là, j’ai découvert l’amour inconditionnel. Un amour entier, sans jugement, sans barrière. C’est celui que je porte à ma fille et qui j’espère durera toute notre vie.

En grandissant, j’ai découvert son sourire, puis son rire, ses premiers pas, ses premiers mots. Le premier « maman » a fait chaviré mon cœur et je ne me lasse toujours pas de l’entendre le répéter. Chaque étape apporte son lot de bonheurs, petits et grands, qui au final forment le vrai Bonheur, celui avec un grand B. Alors oui, même si aujourd’hui, elle n’a que 20 mois, je crois que plus elle grandit, plus je l’aime. Est-ce que ça durera toujours ? Est-ce que ça continuera quelque soit l’âge ? Je l’espère et je ferai tout pour. Mais si quelque part, je m’égarais en chemin, il y aurait toujours ce texte pour lui rappeler qu’un jour, sa mère l’a aimé si fort que même les mots avaient du mal à décrire cet amour…

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply
    Sab
    10 novembre 2014 at 8 h 56 min

    Magnifique et touchant

  • Reply
    bbbsmum
    10 novembre 2014 at 9 h 08 min

    très beau billet <3

  • Reply
    crinoa
    10 novembre 2014 at 9 h 42 min

    ☺☺☺☺☺

  • Reply
    granouche
    12 novembre 2014 at 18 h 02 min

    oh que c’est beau et si touchant!!!!!

  • Reply
    Carine P
    19 novembre 2014 at 10 h 04 min

    Très joli texte. Cet amour je crois qu’il est toujours là, même si à certains moment ils nous en font plus que voir. Par contre, je trouve que c’est plus difficile de le montrer et pour certains enfants des 2 côtés (quand ta fille râle parce que tu as osé demandé un bisou en la déposant à l’école car elle est trop grande pour ça….)

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :