4 In ma vie de maman

Inquiétudes…

Ces deux dernières semaines ont été éprouvantes. L’hospitalisation inattendue de mon chéri a chamboulé un équilibre encore précaire que nous mettions en place suite à nos changements de vie professionnelle.

Le silence a fait place aux articles en attente sur le blog. J’ai déserté les réseaux sociaux. Pas le cœur, pas l’envie. Je suis inquiète. Ce soir, je me sens seule. Triste et seule. Loin de lui. Le temps s’est figé.


Les premiers jours, c’était le tourbillon. Je me suis lancée à corps perdue dans une organisation militaire, j’ai rempli les papiers qui manquaient, géré les problèmes du quotidien en suspens, veillé sur ma Poupette jour et nuit. J’ai foncé pour ne pas avoir à penser…

Et puis dimanche, on l’a vu. Lundi, la semaine a repris. Et c’est ce jour où l’attente a commencé. Le grand jour, celui de l’intervention, était fixé lieu à mercredi.

Poupette est adorable. Elle rit, elle chante. Elle a la chance de ne pas savoir. De ne pas comprendre ce qui se trame vraiment. Elle a vu son papa. A été rassurée.

Autour de moi les gens qui savent sont prévenants. Le téléphone sonne. Les mots d’encouragement pleuvent. C’est bon de se sentir soutenue. Pour lui comme pour moi. C’est rassurant.

Et puis vient la nuit. Chaque nuit apporte son lot de questions. D’inquiétude. D’angoisse. De solitude.
Mais je ne peux rien faire. Seulement attendre. Impuissante. Seule.

Chaque soir, je rentre épuisée. Nerveusement. Psychologiquement. Devant ma Poupette, je garde mon visage heureux. Je gère sa fatigue, ses pleurs, son inquiétude. Chaque soir, on téléphone à son papa. Elle lui raconte sa journée, quelques histoires, ce qui lui vient à l’esprit, elle lui fait des bisous, réclame des photos.

Et finalement, tout se passe bien : l’intervention, le traitement, les résultats. Alors, les médecins prennent enfin la décision qu’on attendait : ils le laissent sortir. C’est vendredi, mon chéri est de retour ! Il est à la maison. On a refermé notre cocon. Reformé notre famille. On s’est retrouvé. Doucement, la vie reprend son cours…

Mais ces quelques jours m’ont beaucoup fait réfléchir. Moi qui suis  d’un naturel assez confiant, je crois que je n’avais jamais été aussi inquiète pour lui… Est-ce parce que je vieillis ? Est-ce parce qu’on est une famille ? Est-ce parce que je veux faire encore un long bout de chemin avec lui ? Est-ce ça qu’on appelle l’amour…

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Olive banane et pastèque
    18 mars 2019 at 9 h 57 min

    c’est normal de s’inquièter ma belle ! Quand j’étais hospitalisée, je n’ose pas imaginer ce que vivait l’home… Surement la meme chose que toi. On parle beaucoup des malades mais finalement peu de leur entourage… ravie que tout se soit bien apssé en tout cas, soulagée pour vous et F !

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      18 mars 2019 at 20 h 36 min

      Merci beaucoup pour ton soutien. C’est vrai que ce n’est pas facile pour la personne hospitalisée qui est en souffrance. Mais c’est difficile aussi pour celui (celle) qui reste et qui doit continuer à gérer le quotidien seul(e)…

  • Reply
    Mathy
    18 mars 2019 at 22 h 29 min

    Je suis contente de lire que le cocon est reformé. Je suis, de mon côté, une vraie angoissée, j’imagine souvent le pire (c’est usant) et oui c’est de l’amour quand on a peur pour l’autre <3 énorme pensée pour vous trois – je ne publierai pas demain mon article mes jouets préférés, je prépare autre chose et on se dit au mois prochain (sauf si tu avais prévu bien sûr) prenez soin de vous

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      18 mars 2019 at 22 h 52 min

      Tu participes quand tu veux (mon billet est programmé pour demain), tu es toujours la bienvenue (et ma plus fidèle participante) ! Pas de soucis.
      Merci pour ton soutien, moi je ne m’angoisse pas trop en général, mais là, je ne sais pas pourquoi, je n’étais pas sereine…

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :