6 In ma vie de maman

La musique dans la peau – #10dumois – Juin 2018

C’est le genre de truc difficile à avouer. A chaque fois que j’en parle, les gens me regardent d’un air mi-incrédule, mi-effaré. C’est bien simple, personne ne veut croire à mes propose. Si bien que j’ai fini par taire ce secret au fond de moi, à ne plus en parler et à tenter tant bien que mal d’essayer de me défaire de toutes les situations où je serais confrontée à ce moment où je ne peux plus échapper aux questions…

Voilà. Aujourd’hui, je te dévoile un de mes plus grands secrets : je n’aime pas danser.

Ah ça y est, je te vois t’interroger. Mais comment est-ce possible ? Tout le monde aime danser. Mais pourquoi ?

D’aussi loin que je me souvienne, il y a toujours eu de la musique à la maison : classique, rock, jazz, pop… Les sons égrenaient notre vie et la platine tournait tous les jours ou presque. Je crois même qu’à un moment, mes parents m’ont inscrite à la danse classique. Ma sœur en faisait. Je n’y suis pas restée longtemps. J’ai même dû me mettre au piano. Je me souviens encore de ces longues heures de torture, à pleurer de chaudes larmes devant ce clavier tant honni et ces partitions pires que des langues étrangères.

Mais l’un comme l’autre, ils ne m’ont pas forcée et très vite, ces deux activités se sont soldées en échec. Car si je n’ai pas la musique dans la peau, c’est avant tout parce que je n’ai pas le rythme dans la peau. Je suis bien incapable de tenir un rythme plus de quelques secondes, je chante faux comme une casserole et je danse sur un rythme qui m’est tout personnel, mais qui n’a rien à voir avec la chanson !

« Elle n’a vraiment aucun sens du rythme !! »

Combien de fois ai-je entendu cette petite phrase, qui semble n’être qu’un constat et qui pourtant, répétée à l’envi par ceux que j’ai croisés, finit par faire son chemin. Ah, les adultes ne se rendent pas toujours compte de l’impact de quelques mots anodins sur une petite personne en construction.

Alors je me suis renfermée. Lasse des moqueries lorsque je dansais (car on finit toujours par croire ce qu’on dit de nous et par devenir celle qu’on nous dit qu’on doit être), j’ai fini par arrêter de danser, par me cacher et par éviter tout risque de me trouver dans une soirée dansante. Pas évident lorsqu’on est enfant, ça le devient un peu plus quand on grandit. Il y a toujours une soirée chez des amis, boum, colo ou autre occasion pour se mettre à danser. Alors j’ai fait tapisserie pendant des années, me cachant, sortant de la pièce quand c’était possible.

Pourtant, j’aime la musique. Elle rythme ma vie à bien des égards. J’ai même fini par prendre des cours de rock, une fois devenue adulte. Et quand enfin je me sens en confiance, entourée de gens que j’aime, alors je me lâche et je suis capable de danser jusqu’au bout de la nuit (enfin, presque, faut pas exagérer non plus, je ne serai jamais la reine du dancing). Alors, parfois, je me surprends à penser que j’adore chanter (même si c’est comme une casserole) et je me rends compte que danser est si libérateur ! J’ai même épousé un pianiste, c’est dire !!

Certes, je n’ai pas la musique dans ma peau, le rythme encore moins. Mais ce par quoi je suis passée m’a appris la bienveillance. Les paroles sont là pour construire nos enfants, pas pour leur mettre des barrières. J’espère que jamais mes mots n’affecteront ma fille et qu’elle pourra devenir la personne qu’elle veut être. J’aime tellement la voir se dandiner, se trémousser, chanter, faire des spectacles. Et je l’encourage tant que je peux !

Danse, sois celle que tu veux être, sois heureuse !

Ceci est ma participation au rendez-vous mensuel #10dumois de Claire du Blog Egalimère sur le thème « La Musique dans la Peau ».

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply
    sysyinthecity
    11 juin 2018 at 7 h 51 min

    ah ah , je t’avoue que je m’en fiche de savoir danser ou pas, je m’amuse et c’est le plus important 😉
    ravie de t’avoir vu et papoter aux efluents 🙂

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      12 juin 2018 at 21 h 03 min

      Oh oui, tu as bien raison, l’important c’est de s’amuser. Mais quand on a répété tant et tant que tu ne sais pas danser, c’est dur de se lancer !
      Moi aussi je suis bien contente de t’avoir vue aux eFluents, il faudra qu’on papote plus longuement la prochaine fois 🙂

  • Reply
    Egalimère
    12 juin 2018 at 10 h 29 min

    C’est tellement vrai que ces petites phrases répétées peuvent avoir un impact sur les enfants et les freiner dans leurs envies. Alors je suis bien contente de savoir que tu as réussi à prendre le dessus sur toutes ces années de « tapisserie » et que tu puisses t’éclater dans les soirées.

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      12 juin 2018 at 21 h 04 min

      Ceci dit, je ne suis pas la plus ardente danseuse, mais je danse plus souvent qu’avant !
      Et je me fais plaisir, c’est bien l’essentiel 😉

  • Reply
    Vahn Petit
    4 juillet 2018 at 16 h 16 min

    J’ai tellement d’élèves chaque année à qui on a dit quand ils étaient petits « Tais-toiiii! Tu chantes faux. Tu vas faire pleuvoir. On dirait une chèvre. ». Sympa, mais arrivés à l’âge adulte, avant de leur faire sortir leur voix, il faut beaucoup de bienveillance, de douceur, d’encouragements, de jeu aussi, pour retrouver le plaisir de chanter (faux ou pas !). Et pour la plupart, la justesse et le rythme s’acquièrent petit à petit. Rare sont les personnes réellement atteintes d’amusie ou d’arythmie 🙂

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      11 novembre 2018 at 23 h 52 min

      Et pourtant, je n’ai vraiment pas le sens du rythme… 😉

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :