2 In ma vie de maman

La jeune fille qui pleurait sur l’épaule de sa mère…

C’était il y a quelques jours. Un soir, avec mon chéri, nous regardions notre série du moment (Netflix un jour, Netflix toujours…). Dans cet épisode, la jeune fille décide de se donner à un garçon ; elle vit sa romance, elle y croit. Le lendemain, elle apprend qu’il est parti, c’était la fin de l’été, il a quitté son lieu de vacances, il est rentré. Comme ça, sans lui dire au revoir.

Avec lui, tous ses rêves de jeune fille se brisent. Et elle se retrouve un peu plus tard à pleurer sur l’épaule de sa mère.

Elle ne lui dit pas pourquoi elle pleure. Mais elle pleure sur son épaule. Et sa mère accueille ses larmes, accompagne son chagrin. Sans poser de questions. Elle est là. Il n’y a pas de paroles échangées entre elles. mais le geste et l’attitude de la mère sont clairs : elle sait. Elle connaît la raison de cette peine. Les mères savent ce genre de choses.

Et je me suis revue. Des années en arrière. Moi, le cœur d’artichaut. La jeune fille qui vivait ses histoires d’amour comme si sa vie en dépendait. A fond. Tout le temps. Laissant plume après plume. Cicatrice après cicatrice…

Je me suis souvenue de cette soirée où j’ai pleuré sur l’épaule de ma mère. Je ne lui ai pas dit pourquoi. Mais bien sûr, elle savait. Les mères savent ce genre de choses. Et pourtant, jamais avant ce soir-là, je ne me suis dit qu’elle savait. Elle a dû oublier depuis toutes ces années. Pas moi. Elle était là, c’est tout ce dont j’avais besoin. Pas de questions, mais une épaule rassurante. La maman qui me berçait quand j’étais petite et qui calmait mes peines.

Alors je me suis demandée si un jour aussi, ma Poupette viendrait déposer son fardeau auprès de moi, alléger sa peine dans les bras de sa mère, pleurer sur mon épaule. Même devenue adolescente, j’espère qu’il existera toujours cette confiance et cet amour entre nous. Je ferai tout pour être présente pour ma Poupette, sans être étouffante, être juste rassurante, un guide, un pilier. Et bien sûr, elle n’aura pas besoin de dire les mots. Je saurais. Les mamans savent ce genre de choses. Parce qu’elles les ont vécues aussi…

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Maman Sur Le Fil
    4 décembre 2017 at 9 h 22 min

    Un beau billet qui m’a mis les larmes aux yeux… J’espère aussi avoir le recul nécessaire pour être ce genre de mère le moment venu… Parfois, ce n’est pas facile de ravaler ces questions même si les mères savent ce genre de choses…

    Virginie

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      4 décembre 2017 at 21 h 46 min

      Merci… <3

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :