0 In ma vie de maman

Le Bonhomme

Ce soir-là, on était toutes les deux, elle et moi. Son papa était de sortie pour une soirée avec ses copains. Au retour de l’école, alors qu’on venait de rentrer dans la maison, elle a soudain pleuré quand elle s’est rendue compte qu’elle avait oublié son dessin au centre. Je lui ai fait un gros câlin pour apaiser son chagrin.

poupetteworld-le-bonhomme-01Et puis, quelques instants plus tard, je l’ai entendu déplier un papier. C’était un petit bout de feuille de rien du tout. Un brouillon avec du texte derrière. Il était dans sa poche, plié en 8 ou en 12, caché comme un trésor.

Elle l’a ouvert. Me l’a tendue. Et m’a dit : « j’ai fait un bonhomme« .

J’ai pris le papier, ai regardé attentivement le dessin. Quelqu’un avait écrit à la main, avec le même crayon : « Le bonhomme. Le 1er décembre 2016 « . Et là, en haut, un bonhomme. Un beau rond, avec des bras et des jambes qui en sortent, deux yeux et un nez. Sur le côté, un joli gribouillage.

Ma gorge s’est serrée, mes yeux se sont embués. Je suis tombée à genoux devant elle et l’ai serrée dans mes bras.

Son premier bonhomme. Qui aurait pu croire qu’un simple petit morceau de papier me ferait un tel effet ? Je me répétais : « ne pleure pas, ne pleure pas, elle ne va pas comprendre… »

Elle m’a vue tellement contente qu’elle m’a dit que maintenant, elle allait en dessiner plein !

Alors je me suis interrogée. Je me souviens d’avoir vu sur Instagram il y a quelques temps déjà une photo du dessin d’un bonhomme et le commentaire de la maman qui écrivait (en substance) : « enfin, à presque 3 ans, il était temps ». En lisant ça, je me rappelle que je me suis dit qu’ici c’était vraiment la honte alors ! Et que je ne savais pas qu’il y avait un âge pour dessiner des bonhommes. En même temps, ce n’est pas pour autant que je me suis inquiétée. Poupette finirait bien par s’y mettre un jour. Je n’allais pas lui mettre la pression pour qu’elle dessine un bonhomme et rentre dans la « norme du bonhomme à 3 ans ». Pendant qu’elle ne dessinait pas des bonhommes, elle développait d’autres capacités super importantes qui lui serviraient aussi bien dans la vie…

Et puis, ce jour, le jour du bonhomme est arrivé ! Et je me suis effondrée comme une carpette. Gonflée de fierté maternelle. Pétrie d’amour pour ma fille. Totalement fondue devant sa réalisation.

Si un jour on m’avait dit que j’aurais les larmes au yeux pour un petit bout de papier plié, je crois que je ne l’aurais jamais cru…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :