4 In La Vie de Poupette

Ce geste qui me serre le cœur

C’est le matin. Nous sommes début octobre. Comme tous les jours depuis la rentrée, nous sommes arrivées un peu en avance devant l’école. Il est 8h15. Les portes ouvrent dans quelques minutes.
Petit à petit, les enfants arrivent, accompagnés d’un parent, père ou mère indifféremment.
 poupetteworld-geste-serre-coeur-01
Au milieu de la foule qui attend, il y a un petit garçon qui est dans sa classe. Elle s’approche. Elle tend la main et lui caresse la joue.

poupetteworld-geste-serre-coeur-02Ce geste qu’elle fait, ce geste là, c’est le mien. J’aime lui caresser le visage. Pour la câliner. Pour la rassurer. Quand elle me regarde avec ses yeux rieurs et son sourire enjoué. Quand elle a du chagrin. Avant de dormir, c’est le dernier geste que je fais. Pour la toucher encore un peu. Laisser mon empreinte sur sa joue et garder la sensation de sa peau si douce sur ma main.
Ce geste qu’elle fait, c’est le mien. Je suis toujours touchée de la voir reproduire ce geste de tendresse avec les autres enfants.
poupetteworld-geste-serre-coeur-03Mais c’est la réaction de ces enfants qui justement est inattendue. Qu’elle leur caresse la joue ou leur prenne la main, régulièrement, je vois l’enfant reculer ou enlever sa main. Peur d’être touché ? Malaise face à une enfant encore inconnue ? C’est vrai que nous sommes au début de l’année, mais les enfants sont censé avoir gardé cette innocence qui nous fait tellement défaut parfois…
Et j’observe ma Poupette qui recommence, gentiment, doucement.
Alors ça me serre le cœur. Je la vois chercher le contact. Elle a tant besoin des autres pour vivre. Elle a autant d’amour à donner qu’elle en reçoit au quotidien.
J’observe ; je n’interviens pas. Je ne veux pas que mon ressenti interfère sur le sien.
poupetteworld-geste-serre-coeur-04Au fil des jours, cependant, j’ai vu les réactions des enfants évoluer.
A la veille des vacances, elle a serré dans ses bras une petite fille dans sa classe qui lui a rendu son embrassade avec tellement de chaleur que tous les adultes autour s’arrêtaient pour les regarder et murmuraient « c’est trop mignon ».
Ce week-end, nous avons croisé un de ces petits camarades de classe qui a été aussi heureux de la voir et de partager tendresse et complicité avec elle. Pareil avec le fils de nos amis, venus dîner chez nous samedi soir…
Je m’interroge souvent. Je la vois faire. C’est elle qui fait le premier pas, donne une caresse ou un baiser, offre son affection. Et j’espère plus que tout, que jamais cette tendresse débordante, ou plutôt les réactions en retour, ne lui causeront de peine…

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Mamoquotidien
    7 novembre 2016 at 7 h 37 min

    Ça me touche ce que tu dis là. Je fais pareil avec mes enfants et le soir lorsque je chante une berceuse à mes filles, elles se caressent mutuellement la joue, le frond… Ma seconde est très tactile comme ta poupette et c’est beau qu’au fil du temps, ta fille puisse communiquer à sa façon avec ses camarades .

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      8 novembre 2016 at 0 h 48 min

      Oui, heureusement qu’elle trouve des enfants qui acceptent cette affection !

  • Reply
    unjourunjeu
    8 novembre 2016 at 11 h 17 min

    C’est beau ce que tu as écrit ! Et c’est vrai que c’est rare de voir des enfants avec autant d’affection.
    Les miens sont beaucoup plus pudiques… Vive la diversité qui est si enrichissante !

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :