18 In ma vie de maman

Ma vie entre parenthèses…

Pendant toute la durée de l’hospitalisation de ma fille, j’ai mis ma vie entre parenthèses. Huit jours pendant lesquels j’ai tout simplement arrêté de vivre…

PoupetteWorld_RetourNecker_01

A l’origine, j’avais posé des congés, prévu de participer à quelques événements blog, mais surtout j’avais l’intention de me reposer. Mes voyages successifs, mes nouvelles responsabilités au bureau me pesaient, j’avais besoin de repos. De temps pour moi. Et pourtant, je n’ai rien fait de tout cela.

A partir du moment où ma Poupette a été hospitalisée, je n’ai pas quitté l’hôpital. En 8 jours, j’ai dû être séparée d’elle moins de 3h ! Autant dire quasiment jamais. Je dormais dans sa chambre, j’étais à ses côtés à chaque examen, je jouais avec elle, je la nourrissais, la baignais… Et bien sûr, je passais beaucoup de temps à l’apaiser et à la consoler.

Soudain, j’ai eu l’impression de revenir deux ans en arrière. Être cette maman au service d’un nourrisson totalement dépendant. Elle avait besoin de moi, j’étais là.

PoupetteWorld_RetourNecker_04

Mon mari m’a bien entendu proposé de me remplacer. Je n’étais pas prête. Non pas pour être une mère parfaite. Mais parce que je me sentais incapable de laisser ma fille à l’hôpital. Si j’étais rentrée chez moi, j’aurais passé mon temps à pleurer…

Alors j’étais là, j’ai veillé sur elle, il n’y avait plus qu’elle, je n’existais plus.

Quand nous sommes rentrés à la maison, c’était la veille du pont de l’Ascension (pour ceux qui ont eu la chance de le faire). Le vendredi matin, quand mon chéri m’a proposé d’emmener Poupette et de me laisser me recoucher, j’en aurais pleuré. De joie, de soulagement, de fatigue, de stress accumulé…

Et pourtant, le retour n’a pas été de tout repos : continuer d’administrer le traitement à une Poupette qui refuse les antibiotiques, l’aider à s’endormir (en restant à ses côtés pendant plus d’une heure), venir la rassurer quand elle se réveille en larmes plusieurs fois par nuit…

PoupetteWorld_RetourNecker_02

Deux semaines après, mon corps se plaint toujours du mauvais traitement que je lui ai fait subir, entre les maigres heures de sommeil, le fauteuil-lit à l’inconfort criant, mon dos qui tirait à chaque fois que je portais ma Poupette pour la consoler et mes reins qui m’envoyaient une décharge chaque fois que je la reposais dans son berceau d’hôpital…

Deux semaines après, je suis toujours aussi épuisée. Je rêve de partir loin, je rêve de dormir longtemps, je rêve de temps pour moi… Mais je ne peux pas. C’est ma fille. C’est ma famille…

 

You Might Also Like

18 Comments

  • Reply
    Maman Prout
    1 juin 2015 at 10 h 58 min

    🙁 🙁 🙁 🙁
    J’espère que les jours qui arrivent, le temps, vont permettre de vous remettre ensemble de tout çà…un bon bain? un massage de Mari Chéri? des câlins à Poupette?
    Je t’envoie pleins de bisous Véro…

  • Reply
    Pa'Man! C'est une longue histoire...
    1 juin 2015 at 15 h 57 min

    Si tu savais comme je te comprends et comme je connais ce que tu as subi, je l’ai vécu et nous vivons toujours dans l’angoisse de devoir revivre cela à nouveau..; Courage pour la suite , ça fait un an que je tire sur la corde et que mon corps souffre de tout ces bouleversements…

  • Reply
    Martine B
    1 juin 2015 at 22 h 29 min

    Je te souhaite de vite récupérer comme ta puce de ce douloureux séjour à l’hôpital, je sais pas si les autres mamans se rendent compte car je pense que seules celles qui ont vécu ça peuvent comprendre l’inconfort en fait qui est si peu à l’angoisse qui nous habite et le fait d’être sans cesse sur le qui vive parce que pas chez nous un cumul que le corps et l’esprit ont du mal à chasser hélas alors je te souhaite un merveilleux mois de juin pour toutes les deux récupérer au mieux et attaquer enfin les vacances
    Bises

  • Reply
    marion
    2 juin 2015 at 6 h 00 min

    Les choses vont rentrer dans l’ordre et ton corps se remettre de toutes ces émotions à son rythme, doucement mais surement. J’avais vécu la semaine d’hospitalisation de ma fille entre parenthèses aussi…seules quelques minutes m’avaient séparée d’elle…impossible de la laisser malgré un papa bien présent. Prends ton temps et laisse le temps à ton corps de se requinquer. Poupounez-vous, et profitez… Des baisers bien tendres !

  • Reply
    granouche
    2 juin 2015 at 10 h 20 min

    J’ai lu tout tes post sur cette période difficile sans laisser de com’… Pas par indifférence, juste parce que chaque mot me sert le coeur… Tu as eu bien du courage durant ces 8jours…

    Bizzz
    Granouche (adeline)

  • Reply
    Mathilde
    3 juin 2015 at 23 h 41 min

    les mots d’une maman… je suis pareille si mes filles sont mal je dois être là, de toute façon si je leur tourne le dos c’est moi l’enfant, je pleure à n’en plus finir et j’angoisse alors que quand je leur fait face j’ai confiance et je me sens forte (en apparence)
    j’ai vu que tu étais partie, l’écosse doit te soulager, enfin je l’espère

  • Reply
    Elwenn - Kid Friendly
    4 juin 2015 at 14 h 32 min

    J’espère que tu vas pouvoir te requinquer un peu et prendre un peu de temps pour toi.
    Des bisous

  • Reply
    Carine P
    7 juin 2015 at 11 h 42 min

    bonjour,
    Je découvre les mésaventures de Poupette seulement aujourd’hui. J’ai lu tous tes articles avec les larmes aux yeux, c’est effrayant. J’espère que Poupette est maintenant totalement guérie. Bon courage pour récupérer les heures de sommeil c’est très difficile surtout si ta puce n’a pas encore réussi à se rassurer complètement et faire de bonne nuit. Bon courage et bon rétablissement à vous 2 (3 même) .
    A bientôt!

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :