6 In bebe/ ma vie de maman

Les Retrouvailles

Si vous me suivez, vous savez que je suis partie en déplacement professionnel aux États-Unis la semaine dernière. Qui dit déplacement, dit quitter ma famille. Laisser ma Poupette et mon chéri. Pour plusieurs nuits d’affilée, en général 5 parfois 6.

love

Depuis la reprise de mon travail, c’est la 6e fois (ou la 7e, en fait, j’ai arrêté de compter…) que je les quitte. J’ai accepté de partir comme je le faisais avant, mais en limitant la durée de chaque mission à une semaine maximum.

Laisser ma Poupette, c’est avant tout un déchirement ; j’ai déjà évoqué la question du départ ici et . Au fur et à mesure, le cœur apprend à pleurer en silence. Je fais face devant eux, mais en moi-même les larmes continuent de couler.

L’éloignement, de nos jours, se vit plus facilement grâce aux nouvelles technologies : téléphone mais surtout appels en vidéo permettent de garder un vrai contact. Au début, pendant mes premières missions, alors qu’elle n’était âgée que de quelques mois, Poupette ne réagissait pas devant l’écran (il faut savoir que Poupette n’a jamais encore regardé la télévision, toujours éteinte en sa présence et qu’on essaye au maximum de faire de même avec les ordinateurs ou smartphones) ; les conversations téléphoniques lui procuraient plus de joie. Entendre ma voix la rendait heureuse. Au fil des déplacements, on l’a vu changer, évoluer, me reconnaître derrière l’écran, s’intéresser à cette image de maman dans la petite boîte…

La semaine dernière, lors des quelques appels en vidéo qu’on a échangés, elle trépignait de bonheur en me voyant et j’ai eu le droit à toute sa panoplie de gestes (bravo, au revoir, bisou…) et les plus beaux sourires qu’elle sait faire. De mon côté aussi, c’était l’euphorie, même si professionnellement, tu perds un peu toute ta crédibilité quand tu te promènes avec ton iPhone à bout de bras avec une petite voix hystérique !!

Bref, samedi matin, après une nuit qui n’en fut pas une dans l’avion de retour, je passe la porte. Elle est là, dans sa chambre !! Elle hurle mon nom « Maman ! maman ! Mamaaaaannnn ! ». Elle saute littéralement sur place et se précipite dans mes bras ! Quel bonheur ! Quel accueil ! Quelles retrouvailles ! Du genre de celles qui te font chaud au cœur ! Rien que pour ça, il faut tenter l’expérience de partir. Non pas que ça ma plaise autant qu’avant, mais retrouver ma Poupette est un de mes plus grands bonheurs.

J’ai la chance d’avoir une Poupette qui supporte bien la séparation. J’ai la chance d’avoir un Super Chéri qui prend tout en charge pendant mon absence. J’ai la chance d’avoir une famille qui m’attend quand je reviens de l’autre bout du monde. Et rien que pour ça, je les aime !

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply
    bbbsmum
    9 juin 2014 at 8 h 49 min

    les retrouvailles c’est ce qu’il y a de plus chouette <3

  • Reply
    les mercredis jolis
    9 juin 2014 at 16 h 24 min

    je me suis demandé en effet si ce n’était pas trop dur pour toi de partir loin de ta poupette. tu vas rire mais je suis une vraie mère poule (juive?) je n’ai jamais quitté volontairement (mis à part pour la naissance de poussions où je suis restée à la mater 2 nuits et 3 jours) mes enfants plus d’une soirée et une nuit! après j’imagine que si je n’avais pas le choix il faudrait bien que je le fasse mais je crois que j’en chialerai… en tout cas tu as raison vive les retrouvailles! 😉

  • Reply
    maman nougatine
    10 juin 2014 at 0 h 12 min

    Je t’admire, je crois que je serais incapable de partir aussi longtemps loin de ma fille, ma petite glue… Tu as beaucoup de chance aussi d’avoir un homme qui gère la chose 😉 Le papa de ma fille aurait beaucoup de mal à tout gérer, et je crois que je ne serais vraiment pas tranquille. Mais quels beaux moments vos retrouvailles!!

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :