24 In La Vie de Poupette/ ma vie de maman

Le jour où… j’ai décidé de ne pas connaître le sexe de mon futur bébé

J’inaugure une nouvelle série de billets que j’intitule « Le jour où… » et qui parleront de ma grossesse et de ma vie de jeune maman, parce qu’à l’origine, c’était un peu (beaucoup) le but de mon blog…

Donc, le jour où nous avons appris que j’étais enceinte s’est posée la question de connaître ou non le sexe de l’enfant. Pour Pipou, c’était évident : oui, on allait le demander et tout préparer en fonction. Pour moi, ça l’était beaucoup moins.

Surprise

Je m’explique. On vit dans un monde où on connaît tout d’avance. On prépare nos vacances des mois à l’avance, on prévoit le dîner du samedi soir avec les copains des semaines à l’avance, on réserve une place de concert ou de spectacle jusqu’à un an à l’avance, on a badminton le mardi soir et aquagym tous les mercredi midis. Bref, il n’y a plus de place pour les surprises dans nos emplois du temps surbookés….

Et pourquoi connaître le sexe du bébé ?
Se préparer ? On aura les 30 prochaines années (au moins !!) pour s’y faire… Décorer sa chambre ? Du vert fera très bien l’affaire. Par simplicité ? Oui c’est vrai, ça oblige à chercher/trouver un prénom de garçon et un prénom de fille, soit deux fois plus de boulot… Par curiosité ? Ok, je suis curieuse mais je peux bien attendre 9 mois… Après tout j’ai déjà attendu 36 ans, alors…

Alors, moi, la reine de l’organisation, la grand manitou du planning, moi la control freak, moi dont le boulot consiste à organiser, planifier, structurer, m’assurer que tout est bien dans la bonne case et que rien ne dépasse… Contre toute attente, j’ai décidé de ne pas connaître le sexe de mon bébé !

Quelle aventure ! Je ne pensais pas rencontrer tant d’obstacles ou d’incompréhension face à ce choix…

D’abord, il y a eu les commentaires des proches (famille, amis, collègues) ou moins proches. Après la traditionnelle question « Ah vous êtes enceinte ?! » vient ensuite l’incontournable « C‘est prévu pour quand ? » pour finir OBLIGATOIREMENT par « Et vous connaissez le sexe ?« .
Lorsque la réponse est non, les réactions ne se font pas attendre. Elles sont parfois positives : « oh c’est bien, vous gardez la surprise !! » voire « Oh c’est courageux ! Mon mari n’a pas voulu… » (ah bon, « courageux » ?! Nan ce qui est courageux c’est de vouloir un enfant 🙂 !!!). Mais parfois, elles ont été plutôt négatives : « Mais comment on va faire si on veut offrir des vêtements en cadeaux de naissance ? (eeuuuuuh à part le bleu et le rose, il existe plein de jolies couleurs : vert, beige…) ou pire « C’est nul, nous, on veut savoir le sexe » (euuuuuh oui mais pas nous et c’est notre choix, merci de le respecter). Certains ont même insisté lourdement pour nous faire changer d’avis, sans succès. Je me souviens d’une personne que ça gênait car il ne comprenait pas comment on communiquait avec le bébé dans mon ventre et c’est vrai : parfois, quand je recevais des bons coups de pieds, on était sûr que c’était un garçon, « un vrai footballeur !! » (ah ah ah, cliché, quand tu nous tiens…) ; mais d’autres fois ce n’était que vaguelettes et doux frôlements et là, ça ne pouvait être qu’une fille…
Et il y a même eu quelqu’un qui ne me croyait pas : « En fait vous le savez mais vous voulez garder le secret…« . Non, vraiment non. Simplement on ne voulait pas savoir…

Parfois quand à la place de la question « Et c’est quoi son sexe ?« , on avait la variante : « Et vous savez ce que c’est ?« . Ah facile !! Là on pouvait se marrer. Si la réponse qu’on a donnée était souvent « Oui, un bébé !!« , on en a aussi profité pour dire que c’était un lapin ou un cochon d’inde…

Ensuite, il y a le corps médical. Heureusement nous avions été prévenus : si vous ne voulez pas connaître le sexe, précisez-le d’entrée de jeu. Et répétez-le à chaque rendez-vous ! Le plus important étant bien entendu lors de l’échographie. Bon, ok, on n’est pas des professionnels. La première fois, ce n’était pas plus gros qu’un grain de riz, alors ça ne compte pas. Mais la fois suivante, la première écho officielle, celle où tes larmes coulent toutes seules devant cet écran, celle où tu vois pour la première fois ce petit être qui a vraiment la forme d’un petit être et qui est en toi mais que tu ne sens pas encore bouger, cette fois-là, l’échographe peut déjà donner une idée du sexe. Bon, on l’a prévenu. On n’a pas su.
Echo du 2e trimestre : là où on l’échographe regarde partout pour savoir si le bébé est tout bien fait. On a précisé qu’on ne voulait pas savoir mais on a scruté l’écran du début à la fin (sauf quand elle me forçait à fermer les yeux : « détendez-vous madame ! » alors que jamais je n’avais été aussi zen que pendant toute ma grossesse – je reviendrai un jour sur cet épisode mais je crois qu’il y a vraiment des gens qui ne sont pas faits pour ce métier...).
Petite canaille ! Le bébé est resté en boule pendant tout l’examen. On aurait dit qu’il ne voulait pas montrer ce qu’il y avait entre ces jambes. Brave bébé à sa maman. Déjà il m’écoutait. ***grosse fierté maternelle****
Ça nous a fait rire : on a dit « Ohhhh on dirait que le bébé ne veut pas nous montrer son sexe !! » et là l’échographe a répliqué « Bon, vous voulez savoir où pas ?!« . Bah non, toujours pas (mais faudrait penser à changer de métier avant de virer vieille échographe aigrie… trop tard peut-être…)…
Troisième écho : là où on voit tout en gros plan. Je ne sais pas comment a fait l’échographe mais on n’a jamais rien vu… La seule information qu’on a eu, c’est que le bébé avait beaucoup de cheveux…

20130606192149

Côté famille et amis, les paris ont été ouverts. En même temps, les chances étaient de 50% pour une fille et 50% pour un garçon. Alors on a étudié nos familles. De mon côté, tous les premiers nés étaient des filles. A part ma sœur jumelle qui a fait dans l’originalité : des jumeaux. Deux garçons d’un coup. (Bébelle, si tu me lis, encore une fois : respect. Tes ptits loulous sont trop mignons). Du côté de Pipou, c’était le contraire, que des garçons. A tel point qu’on a pu compter les filles sur les doigts d’une main !! Et donc, comme toute cette histoire de sexe, c’est un peu la faute du papa, on s’est dit que la balance des probabilités penchait pour un petit garçon…

C’est marrant de voir l’engouement qui peut se créer autour d’un tel choix… Choisir de ne pas savoir…Mais je ne le regrette pas. Non vraiment pas.
Par contre, j’ai vraiment galéré pour trouver des petits vêtements mixtes. Côté pyjamas et bodies, on peut s’en sortir facilement : blanc, beige, taupe, vert, on trouve. Mais à part pour la taille 1 mois, tous les petits vêtements deviennent ultra orientés, soit complètement girly (du rose, des fleurs, du mauve, des imprimés fifilles…), soit complètement « ptit mec » (des chemises, des salopettes). Je n’avais pas pensé à ce « détail », en prenant ma décision. Dans le doute, j’ai acheté plutôt des vêtements de garçons (salopettes ou jeans, petits polos et T-Shirts…). C’est plus facile d’habiller une fille en salopette qu’un garçon en robe !!
Et puis, on regardait autour de nous et on se prêtait à rêver : le petit garçon de ma cousine avec sa bouille d’ange et ses petites boucles blondes, je veux le même ! La petite fille de ma copine, avec ses habits de poupée et ses cheveux à coiffer, c’est ce qu’il me faut… On parlait à mon ventre : « Alors tu es qui ?« . On attendait… On a même fait des photos avec écrit « Surprise » sur mon gros bidon…

Et finalement… elle est arrivée tout doucement un après-midi. C’est le gynécologue accoucheur qui nous a vendu la mèche au moment où elle est sortie. Il l’a posée sur mon ventre en disant : « Voilà votre fille… »

Je le savais… Je l’ai toujours su…

You Might Also Like

24 Comments

  • Reply
    DIAS
    7 juin 2013 at 12 h 01 min

    C’est si joliment expliqué. (Merci pour mes loulous !) Finalement, elle est belle, en bonne santé et c’est ce qui compte. Et oui, il te faudra bien quelques années pour qu’on arrive à maîtriser toutes ces subtilités infantiles ! En attendant, toi qui te tente aux surprises et à l’aventure familiale, tu as fait le bon choix. Je pense que plus ils grandissent et plus on sera devant le fait accompli. Alors bonne nouvelle et bienvenue dans cette nouvelle vie !

  • Reply
    UneCosmicGirl
    8 juin 2013 at 22 h 12 min

    Quel suspens… ! Et quelle bonheur à la naissance! Fille ou garçon d’ailleurs!

  • Reply
    Nanie500
    22 juin 2013 at 12 h 10 min

    J’adore votre post!
    Je suis actuellement dans le 9eme de ma 2eme grossesse et comme pr le premier, nous avons choisi de garder la surprise.
    Et comme vous, j’ai eu droit à ttes les reactions:
    – l’incredule: « en fait, tu sais. Allez avoue! »
    – le grand-parent vindicatif: « mais comment on fait pr se preparer? » Euh… En même tps, ce st nous les parents non??
    – la belle-mere autoritaire: « il FAUT que ce soit une fille! » Mais si c’est un garcon, je ne vais pas le jeter non plus!
    Déjà que lorsqu’on est enceinte, on n’est plus qu’un ventre que les gens fixent et touchent sans vergogne… Finalement ce n’est pas d’ignorer le sexe qui est courageux! C de supporter la reaction des autres :-p

  • Reply
    agathezepower
    18 septembre 2013 at 15 h 48 min

    Bravo pour ton article ! Mon fiancé et moi avons décidé de ne pas connaître le sexe de notre bébé et je dois bien me préparer à le dire à chaque rendez-vous. J’aimerais vraiment que le personnel médical ne fasse pas de gaffes, ou qu’on ne voit pas tout à l’écho !
    J’aime beaucoup ce choix, c’est une surprise qui amplifie (à mon sens) le bonheur de la naissance.
    Félicitations !

  • Reply
    gazzola
    15 janvier 2014 at 18 h 53 min

    C’est EXACTEMENT ce qui se passe pour nous!!! On veux garder la surprise, et toujours les mêmes réactions….. ça en devient énervant!! Mais on tiendra jusqu’au bout!
    En tout cas bel article, si bien rédigé et tellement vrai!

  • Reply
    Mélodie
    5 mai 2014 at 11 h 07 min

    oooh ! je n’avais JAMAIS lu cet article! merci l’article anniversaire !

    Je n’ai pas voulu savoir le sexe non plus de mon bébé… Papa voulait mais moi non, il était conclus que personne ne sache. Je savais au fond de moi ce que c’était, il y avait ce 1% de doute…
    Mon bébé a eu un souci et lors de l’écho de contrôle la SF nous a dit « oooh bien c’est un beau garçon bien tonique ! aaah, vous le saviez ou pas? » (j’étais à 5 mois et demi). Bien, non on ne le savait pas. J’ai regardé son papa, je lui ai dit « tu vois, tu aurais du me faire confiance, je te l’ai dit, pas besoin d’une écho, l’accouchement ça aurait été encore plus merveilleux que l’on me dise « c’est un garçon! » Un peu comme si on me levait le doute en me le donnant !

    Nous avons fait le choix de ne le dire à personne. Comme toi, ça a été EPROUVANT ! Tout le monde y allait de sa petite remarque. Je ne voulais pas qu’on lui offre des fringues (les goûts des gens et les miens…) je répondais à la question « on va faire comment pour lui offrir un cadeau? »
    « n’en offrez pas, ce n’est pas pour vos cadeaux que l’on a fait un enfant, si vous y tenez vraiment… offrez lui un jouet ! »
    Raté, j’ai eu des fringues (et je suis un peu comme toi… j’en achète BEAUCOUP de base !)… Sans rechigner, des fringues pour bébé en synthétique… Bref…

    Ca a été compliqué tout comme notre choix de ne voir personne à la mater (choix qui n’a pas été respecté).

    Je ne sais pas si tu l’as eu aussi comme question mais
    « vous allez l’appeler comment? » (fille et garçon, fallait donner les deux). On répondait « surprise ! »
    Les gens toujours peu content d’avoir des infos, on leur disait « vous ne connaissez pas ce prénom, il est très rare et breton, c’est tout ce que vous saurez ! » (alors, on avait tous les prénoms bretons courants et on répondait non…) ca peut être pénible parfois les gens qui insistent lourdement.

    Si on arrive à lui faire un petit frère ou une petite sœur (parce que déjà, notre Pompoko c’est un miracle… on m’a dit stérile – infertile je dirais plutôt) personne à la mater et je serai intransigeante et là pour le coup, je répéterai à chaque écho « Ne dites rien, par pitié, je ne veux que savoir si le bébé est bonne santé ! » (parce qu’avec Pompoko, on a eu des frayeurs aussi… L’important, plus que son sexe, c’était sa santé pour moi ! Pourquoi n’est-ce pas pareil pour tout le monde?).

    Au fond de nous, je pense qu’en temps que Femme,on sait « qui on attend ».
    J’ai toujours peur qu’on me le reprenne en me disant « en fait, on vous l’a juste confié, vous en avez bien pris soin merci, il retourne à sa maman » (oui, je suis sa maman pourtant !) ça passera sans doute avec le temps !.

    (je me suis lachée niveau commentaire… désolée pour la longueur !)

  • Reply
    Marphisa Goguen
    6 avril 2016 at 11 h 34 min

    Salut, merci pour votre article très remarquable! Je suis de bordeaux et je suis intéressé par ce sujet. Grâce à votre site que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en découvrir davantage. Amicalement.

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      10 avril 2016 at 23 h 41 min

      Bon surf !

  • Reply
    Colette Fontaine
    8 avril 2016 at 15 h 30 min

    Hello, bravo pour votre article très intéressant! Je suis captivé par ce theme. Grâce à votre site que je viens découvrir, je vais en apprendre davantage. Amicalement.

    • Reply
      Veronique PoupetteWorld
      10 avril 2016 at 23 h 38 min

      Merci

    Répondre à Nanie500 Cancel Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :